Lors du Congrès des Présidents qui a eu lieu fin octobre, nous avons eu la chance d’assister à des conférences sur notamment le thème de l’année 2022 qui sera la première partie du triptyque décidé par les Sanctuaires.

2022 : « Allez dire aux prêtres »
2023 : « Qu’on bâtisse une chapelle »
2024 : « Et qu’on y vienne en procession »

De quoi se replonger dans les apparitions de Lourdes et dans ce que nous a relayé Bernadette du message Marial.

Evidemment, au cœurs du Congrès et dans toutes les bouches : « et vous alors, vous êtes partis à Lourdes ? » … Nous avons pu échanger avec les hospitalités qui ont pu partir dans des conditions « classiques », d’autres qui, comme nous, ont choisi un report et/ou un pélé entre hospitaliers, et encore d’autres qui ont choisi de ne pas partir du tout.

Pour toutes celles qui ont pu se rendre à Lourdes, le bilan est unanime : pas de cas COVID liés de près ou de loin à un pèlerinage à Lourdes, et ce grâce aux conditions sanitaires draconiennes mises en place dans les Sanctuaires et plus particulièrement les Accueils. C’est un joli résultat malgré les difficultés d’organisations qui se sont posées, notamment pour ceux qui souhaitaient organiser un pélé classique (à compter de juillet/août). Ont été pointés des difficultés de communication avec les responsables notamment des hébergements.

Pour améliorer encore les choses, les Sanctuaires nous demandent davantage de communication pour l’année 2022 et celles à venir. Un exemple pour les hébergements : jusque là, nous demandions nos chambres six mois avant et envoyions nos chiffres « une fois pour toute » un mois avant le pélé, il faudra désormais communiquer régulièrement, et bien plus en amont. De ces chiffres, dépendra à certaines périodes l’ouverture des hébergements des Sanctuaires comme l’Ave Maria ou l’Hospitalet. Cela va changer notre organisation, mais également la vôtre : il faudra s’inscrire plus tôt.

De plus, pour continuer à être reconnu comme un lieu sûr, les Sanctuaires maintiennent la pression sur les mesures COVID et notamment dans les Accueils. Pour l’année 2022, l’obligation vaccinale s’appliquera aux pèlerins hébergés dans les Accueils et à ceux qui les serviront et donc… aux hospitaliers.