Prochains événements

Aucun évènement

Espace privé

S'abonner à nos infos

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que NotAllowedScript633e05c97154cReCAPTCHA, Google Maps, ou Acymailing, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce site web utilise un certain nombre de cookies pour gérer, par exemple, les sessions utilisateurs.

Voiturettes devant grotte

A Lourdes, la joie ne se raconte pas, elle se vit.

En tant qu'hospitaliers, nous savons qu'il est parfois difficile de raconter notre vécu à Lourdes à des personnes qui n'y ont pas été. Lourdes, c'est tellement hors du temps, hors de la vie "normale", une expérience "extra-ordinaire", qu'il est parfois difficile de transmettre son vécu. On fini souvent par "si tu venais, tu comprendrais". Cet article essaie de raconter la joie de Lourdes... mais il dit (à juste titre) : "La joie de Lourdes ne peut se raconter car c'est à la fois un puzzle aux milles anecdotes et une sensation commune d'avoir ouvert son coeur et de s'être découvert un peu".

Soyons honnêtes. Lourdes, c'est ce qu'on voudrait vivre au quotidien. Nous, hospitaliers valides, mais aussi certainement nos amis malades, âgés, fatigués ou handicapés. Eux, vivent Lourdes comme une parenthèse dans laquelle ils peuvent s'exprimer comme des personnes. Ils peuvent rire, pleurer, blaguer, dire leur douleur ou leur souffrance. Ils trouveront toujours un oreille dans ces hospitaliers à leurs petits soins. Et s'ils peuvent faire quelque chose, ils le feront, peu importe le temps que cela prendra. Peu importe qu'on soit en retard au petit déjeuner. Peu importe que ça soit plus long.

Un jour peut-être, nous pourrons vivre Lourdes, et par là il faut entendre "une société plus humaine et inclusive" au quotidien, dans nos villes. Mais il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour cela. Serez-vous du voyage ?

Pour lire l'article, c'est ici.

Notre fil Twitter

Notre page Facebook

Notre chaîne Youtube