Prochains événements

Aucun évènement

Espace privé

S'abonner à nos infos

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que NotAllowedScript633df98293cc3ReCAPTCHA, Google Maps, ou Acymailing, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce site web utilise un certain nombre de cookies pour gérer, par exemple, les sessions utilisateurs.

aphflogo

L’Association des Présidents d’Hospitalités Francophones a réuni son congrès fin octobre et Olivier, Monique et Christelle s’y sont rendus pour représenter l’Hospitalité d’Evry. Comme d’habitude, ces trois jours ont été l’occasion d’échanges intéressants sur Lourdes avec les responsables des sanctuaires (des accueils, du budget…) et notamment le recteur des Sanctuaires, Mgr RIBADEAU DUMAS.

Des discussions très franches entre présidents sur le vécu de l’année 2021. Difficile pour ceux qui sont partis avec les pèlerins malades en organisation « classique » du fait du manque d’informations, des changements des mesures sanitaires, etc. Des présidents se sont trouvés en souffrance et l’ont exprimé durant le congrès.

Nous pouvons être heureux d’être partis « en pèlerinage allégé » ; ce qui a pu nous simplifier les choses, mais ce qu’il faut retenir avant tout, c’est que même en petit groupe, nous étions là !

Pour 2022, le maître mot des Sanctuaires : VENEZ VENEZ VENEZ ! Réponse des présents le 20 novembre : « On est prêts ! » (et nous on compte sur vous !)

Nous pouvons citer Mgr RIBADEAU DUMAS lors du congrès :

« Pourquoi venir à Lourdes ? Il faut se rappeler la grâce unique de ce lieu, il faut se laisser à nouveau interpeler par le message de Lourdes. On vient à Lourdes car Marie nous y attends (voulez vous me faire la grâce…). Des foules composites viennent et montrent la diversité de notre communauté. On vient à Lourdes car on a besoin de prier la Vierge Marie.

On vient à Lourdes pour la paix, la bienveillance, la caractéristique de notre service. Service du plus petit, service de Marie, etc. On vient à lourdes pour manifester en acte notre amour, pour suivre les pas de Jésus. Un service humble et caché mise en œuvre concrète de l’évangile.

On vient à Lourdes parce qu’on cherche. La fraternité qui y est vécue est un signe pour nos contemporains. Lourdes c’est le monde à l’endroit ou les personnes sont dignes en toute circonstance. Il y a plus de joie à donner qu’à recevoir.

Le malade est un pèlerin, l’hospitalier également, un chercheur de dieu, qui vient confier ses intentions. Les chapelins sont des pèlerins et assurent leur mission en ayant à l’esprit qu’ils doivent prier à la Grotte pour tous ceux qui ne peuvent venir. Venir à Lourdes est pour beaucoup vital car c’est la respiration de l’année… en ces temps troublés, cela a plus de sens que jamais.

Alors, comment venir à Lourdes ? Nous venons de vivre deux années difficiles…             
Deux années difficiles pour les pèlerins et notamment les malades qui n'ont pas pu se mettre en route pour la Grotte de Massabielle.         
Deux années difficiles pour les présidents d’hospitalités, devant les décisions à prendre malgré l’incertitude.
Deux années difficiles pour les hospitaliers dont l’âge avance et pour lesquels les circonstances sanitaires étaient sérieuses.             
Deux années difficiles pour les Sanctuaires et les lourdais, les employés des Sanctuaires, les chapelains, dont l’activité a été bouleversée, les hôteliers...

Il y a eu et il y aura encore des décisions difficiles à prendre : comment partir, avec qui, comment faire appel à des nouveaux, qui peut-on emmener comme pèlerins malades, comment appliquer la charte des Sanctuaire ? Cependant, les hospitalités ont montré que l’audace était payante par la joie des malades.

Durant ces deux années, des difficultés déjà existantes ont été mises au jour de façon criante. Nous pouvons nous demander quel est l’avenir des hospitalités à court ou moyen terme ? Il faut regarder la réalité en face, l’âge augmente, il est difficile de recruter des jeunes, il n’y a plus de sédentarité et donc il est difficile de fidéliser… Peut-on demander aux jeunes la même chose qu’il y a 20 ans ? Les traitements des malades et leurs conditions de prise en charge évoluent.

Il nous faut reprendre la question que se posait le Père Rémi SEMPE : de quoi avons-nous besoin aujourd’hui pour aller chercher des malades, les accompagner et les accueillir ? La réponse évolue avec le temps. Il faut avoir le courage de rechercher ce qui est nécessaire à nos amis pèlerins accompagnés pour des maladies physiques, psychiques, des difficultés sociétales etc.

N’ayons pas peur de faire d’autres propositions et d’imaginer les hospitalités de demain. L’accueil des malades en structure hospitalières sera-t-il toujours pertinent ? La question est à travailler entre les sanctuaires, les hospitalités et les hôteliers. Ce sont des signaux faibles qui apparaissent aujourd’hui mais vont prendre de l’ampleur. Les exigences sanitaires vont être à l’avenir très présentes.

Lourdes cumule 3 richesses :

  • accueillir des foules par milliers,
  • venant de toute l’humanité,
  • avec des personnes vulnérables.

Il faut donc anticiper les difficultés afin d’y trouver des solutions. Ne croyons pas que « comme cela s’est toujours fait comme ça, il faut continuer ». Nous devons être créatifs.

Les hospitalités sont une présence d’église auprès des malades et des souffrants, elles sont l’expression de l’amour du Christ pour les plus petits. Il semble que les liens avec l’église ou dans l’église peuvent être difficiles (avec l’Evêque, la direction des pèlerinages, les autres hospitalités…) il ne faut pas se désunir pour conserver nos forces et travailler ensemble pour le bien des pèlerins accompagnés.

Ces deux dernières années nous l’ont montré : les Sanctuaires ne peut pas vivre sans les Hospitalités… alors VENEZ, VENEZ, VENEZ ! »

Et si vous avez des idées pour alimenter la réflexion sur l’avenir de notre Hospitalité, n’hésitez pas à vous manifester, afin que nous fassions le point sur les besoins et trouvions des solutions pour essayer d’y répondre.

Notre fil Twitter

Notre page Facebook

Notre chaîne Youtube